Après une année 2020 pleine de tumultes, où la prudence a souvent été de mise, 2021 semble être la bonne année pour investir dans l’immobilier.  Mais avant de se lancer, quels sont les pièges à éviter avant d’investir.  

La pierre qui rassure

L’investissement dans la pierre a toujours fait partie des techniques de placements les plus rassurantes. A l’issue d’une année pleine de doute, et à l’aube d’une autre où l’incertitude règne, l’immobilier est encore une fois un secteur d’investissement qui rassure.

C’est donc sans surprise que l’investissement locatif fait toujours partie des placements préférés des français. Bien souvent, son rendement dépasse les épargnes dites traditionnelles. Les taux immobiliers très bas du moment incitent davantage à se tourner vers ce type d’investissement, la seule incertitude étant le comportement du marché de l’immobilier en sortie de crise.

L’heure du choix, c’est avant tout l’heure de la réflexion

L’heure est donc bel et bien à l’investissement. Et la première réflexion à avoir se dirige vers le type d’achat vers lequel se tourner. Un mauvais placement peut vite devenir synonyme de perte financière, et même de ruine en cas de décision sans avoir pris le temps de réfléchir. Travaux, emplacement, voisinage, avenir de la zone… Autant de variables à prendre en compte pour éviter les pièges. Et pour cela, il faut savoir préparer le terrain : secteur, surface et type d’habitations sont les trois critères à étudier minutieusement avant de se lancer.

Si le type d’habitation et le secteur choisi ne sont pas à mettre sur la touche, la surface est trop souvent oubliée comme facteur de risque.  En général, s’il s’agit d’un premier investissement, se tourner vers un bien de petite surface type studio est une manière efficace de ne pas se tromper. Les locations sont traditionnellement rapides, surtout en secteurs tendus, à bon prix et entrainent moins de coûts sur le long terme. Ce qu’il faut retenir, c’est que plus un bien est de petite taille, plus son prix sera intéressant au mètre carré.

Penser bien, penser loin

Évidemment, si penser au retour locatif est une évidence, il s’agit aussi d’acquérir un patrimoine immobilier. Sur le long terme, cela peut être un complément utile à la retraite une fois le crédit soldé. Le revers de la médaille, car il y en a un, c’est la fiscalité. Tout logement locatif est imposable, et imposé. Un paramètre à prendre en compte dans le calcul du rendement des revenus fonciers. Un professionnel pourra vous aiguiller, car il y a beaucoup de critères à prendre en compte : Vous achetez dans l’ancien ? Du neuf ? Le secteur ? La superficie ? Autant de points qui seront cruciaux, et nécessite l’œil éclairé d’un expert maximiser son rendement.

Enfin, il s’agit d’établir un budget. Tout dépendra du choix des paramètres précédemment évoqués. Mais généralement, une base de 100 000 € peut être un bon chiffre pour débuter. Mais attention à toujours prévoir une épargne de sécurité. Vous n’êtes pas à l’abri d’une vacance locative, de nouvelles taxes ou de réparations à votre charge. Investir c’est avant tout prévoir.

2021 est un bon cru pour l’investissement. Il faut en profiter. Le crédit à taux avantageux, une demande d’un nouveau genre dans la recherche immobilière, liée aux récentes restrictions de l’espace de liberté, la recherche d’un mode de vie plus vert…  Une liste non exhaustive qui laisse entrevoir des opportunités pour un investissement fiable et pérenne.