Central, résidentiel et doté d’un riche patrimoine, le 7e arrondissement de Marseille est l’un des plus prisés. Ses biens se destinent à une clientèle aisée.

Situé sur la pointe de l’anse du Vieux-Port, le 7e arrondissement, central et résidentiel, est l’un des plus prisés de Marseille. La moitié de ses quartiers, le Roucas-Blanc, Bompard et Endoume, sont dominés par Notre-Dame-de-la-Garde, ce qui rend cet arrondissement particulièrement attachant. Le quartier Saint-Victor est charmant grâce à ses ruelles étroites en pente, ses immeubles cossus construits au XIXe, ses épiceries et ses restaurants à l’ambiance conviviale. Sans oublier sa vue pleine mer sur les îles du Frioul, offrant de sublimes couchers de soleil à admirer depuis une terrasse de café !

Authenticité

Les biens atypiques avec du cachet sont ici nombreux, ainsi que les somptueuses demeures nichées dans les pentes du Roucas-Blanc. Pour autant, ce secteur authentique se modernise : en cours de rénovation, la corniche Kennedy se parera bientôt d’une piste cyclable réduisant le trafic automobile. Avec le 8e et le 9e, le 7e est l’un des arrondissements les plus aisés de Marseille. La qualité de vie y est sereine et sécurisée, les acquéreurs ont pour majorité au-delà de 40 ans.

Ambiances variées

Au sein du même arrondissement cohabitent plusieurs façons de vivre, qui correspondent tant à une clientèle locale qu’extra-régionale. L’esprit villageois qui perdure à Endoume et au Vallon des Auffes possède un fort attrait, notamment auprès d’une clientèle en provenance de Paris. Le Roucas-Blanc est davantage résidentiel.

Gamme de biens

Si les petites surfaces sont nombreuses, des Catalans à Endoume en passant par Saint-Lambert, le logement le plus recherché à l’achat reste le T3 ou T4 avec terrasse, pour les budgets de 350 000 à 450 000 euros. Viennent ensuite les maisons de 500 000 à 700 000 euros, mais l’offre est rare devant l’afflux de demandes. Les immeubles anciens possèdent rarement des extérieurs, encore moins de garages ! Dès qu’un produit répond aux critères, les prix flambent. L’écart type est énorme dans le 7e : en dessous de 3 000 euros le m² pour un prix moyen à Saint-Lambert, dépassant parfois les 10 000 euros au Roucas-Blanc ou à Malmousque.

Investissement

Ces dernières années, les investisseurs ont pris d’assaut le 7e et les acquéreurs souhaitant y vivre sont de plus en plus nombreux. Quelques constructions neuves émergent aux abords des Catalans, telles que « la résidence Les Loges, avenue de la Corse, ou encore la résidence Sea One, qui disposera de 29 logements avec terrasse surplombant la mer sur la plage des Catalans.

Évolution

Le 7e reste plébiscité dans sa globalité. À l’instar du 6e arrondissement voisin, le 7e fait partie des rares secteurs de Marseille en constante évolution. Les prix sont globalement stables, voire en légère hausse. La demande reste constante et régulière. Les prix sont en légère hausse depuis janvier, de l’ordre de 3,5 % pour les appartements, et de 7 % pour les maisons.

Marché locatif

Nombreux sont les acquéreurs qui investissent dans de petits appartements à but locatif. Dans l’ancien, un T2 rénové et meublé se loue autour de 650 euros. La faible rotation crée une pénurie locative sur les T3, T4 ou maison avec extérieur. Les locataires disposent rarement du budget pour acheter un logement équivalent à celui qu’ils louent.